Des renseignements sur nos formations ?

Vous souhaiteriez intégrer l’une de nos formations mais avant de vous engager vous avez des questions sur celle-ci ?

N’hésitez pas à nous contacter au 02 41 63 02 04, nous vous mettrons en relation avec un formateur qui pourra répondre à toutes vos interrogations !

Toute l’équipe de l’Institut Rural des Mauges est mobilisée et reste à votre disposition pour un accompagnement personnalisé.

Les inscriptions sont ouvertes !

Vous souhaitez vous inscrire ?

Alors n’attendez plus et terminez votre année sereinement.

Prenez rendez-vous dès aujourd’hui. Mercredi après-midi ? Samedi matin ? C’est vous qui voyez …

Contactez le secrétariat pour connaître les disponibilités et vous inscrire : 02 41 63 02 04

NB : Les apprentis ne sont pas concernés par cette mesure. Se rapprocher de l’accueil pour être mis en relation avec les responsables de filière.

Des portes ouvertes pas comme les autres !

Les 29 et 30 janvier prochains nous vous proposons des portes ouvertes comme vous n’en n’avez jamais vu.

Le vendredi 29 janvier de 14h à 19h

Le samedi 30 janvier de 9h à 17h

Inscrivez-vous au secrétariat (02 41 63 02 04) pour un entretien téléphonique ou en visio et faîtes ainsi des portes ouvertes depuis votre canapé !

Vous voulez échanger plus longuement avec nous sur une formation qui vous intéresse ? Venez vous joindre à nous lors de visioconférences.

(Listes des visioconférences et des liens dans un prochain article)

Réouverture des parcelles en permaculture

Après la période de confinement où les parcelles ont été malheureusement abandonnées, les élèves de BAC PRO AP et Agricole ont réinvestis les lieux et repris en main ces parcelles expérimentales. Plantation et suivi tout au long des saisons des différents légumes et plants végétaux. Une ruche pédagogique est attendue dans les prochains mois..

« 2500 salariés agricoles à embaucher tous les ans » – Ouest France

Ci-dessous l’article du Ouest-France du jeudi 5 novembre 2020 sur la situation salariale agricole :

La ferme Pays de la Loire devra embaucher 2 500 salariés en CDI, chaque année à partir de 2025

Pour faire face aux départs en retraite des agriculteurs et à l’agrandissement des exploitations, la ferme Pays de la Loire va devoir massivement embaucher, selon une étude de l’Association emploi formation, dévoilée ce mardi 3 novembre.

C’est un leitmotiv depuis de nombreuses années : l’agriculture embauche pour compenser la population déclinante des chefs d’exploitation. D’après une étude de l’Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture (Anefa), publiée ce mardi 3 novembre 2020, la ferme Pays de la Loire aura besoin de recruter 2 500 salariés par an à partir de 2025.

La ferme Pays de la Loire embauche

À l’horizon 2025, l’agriculture régionale aura besoin de recruter chaque année 2 500 salariés permanents par an, révèle une étude de l’Anefa Pays de la Loire (Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture). L’élevage, les cultures végétales spécialisées, les entreprises de travaux agricoles et les Coopératives d’utilisation du matériel agricole (Cuma) ont besoin de bras et de cerveaux. Pour assurer son fonctionnement, la ferme Pays de la Loire aura aussi besoin de 50 000 saisonniers et salariés en CDD longue durée.

Les Pays de la Loire sont historiquement un bastion de l’emploi salarié agricole. Ce dernier pèse 4 % de l’emploi régional contre 2,5 % en moyenne dans les autres régions. Cette caractéristique s’explique par la présence de productions fortement utilisatrices de main-d’œuvre (viticulture, maraîchage, horticulture, arboriculture…). Selon la Mutualité sociale agricole, 10 693 agriculteurs employaient, en 2018, 82 349 salariés, soit 26 590 équivalents temps plein. En 2025, cette dynamique s’accentuera pour compenser les départs en retraite massifs des chefs d’exploitation (un sur deux est âgé de plus de 50 ans) et des salariés. Les agriculteurs, de moins en moins nombreux, travaillent sur des exploitations de plus en plus grandes. La montée en puissance de la bio et des circuits courts, gourmands en temps de travail, nécessitent aussi le recours à un surcroît de main-d’œuvre.

Des emplois de plus en plus techniques

Chauffeur mécanicien capable de gérer un chantier. Agent qualifié en arboriculture assurant la taille, la conduite d’engins et l’animation des équipes de saisonniers. Salarié qualifié en élevage laitier jonglant entre traite, distribution de l’alimentation et gestion du troupeau. Ces profils de poste, de plus en plus recherchés par les agriculteurs, sont en tension : les offres excèdent largement les candidatures.  Nous attendons du salarié de la technicité, de l’autonomie. Il doit être capable de remplacer le patron » , indique Pascal Jousse, producteur laitier dans la Sarthe et président de la Commission paritaire régionale de l’emploi.  On forme trop de CAP, on manque de Bac pro et de BTS » , analyse Isabelle Traineau, pointant un décalage entre les cursus et le marché du travail.

Pas assez de jeunes diplômés en agriculture

La moitié des besoins en salariés permanents sera assurée, selon l’Anefa, par des recrutements internes à la profession : CDD titularisés, transferts d’une filière agricole à une autre. Pour recruter l’autre moitié, les agriculteurs devront puiser dans le vivier des jeunes diplômés en agriculture et dans celui des adultes demandeurs d’emploi ou en reconversion professionnelle. Ce n’est pas gagné.  On manque de jeunes en formation initiale, les effectifs en bac pro sont insuffisants » , déplore Isabelle Traineau. La promotion des métiers de l’agriculture dans les collèges et sur les réseaux sociaux va s’intensifier.

Lien de l’article : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/la-ferme-pays-de-la-loire-devra-embaucher-2-500-salaries-en-cdi-chaque-annee-a-partir-de-2025-7040247

Réouverture du poulailler pédagogique

Comme chaque année, les élèves de 2nde agri ont étudiés en aviculture les différentes races de poules pondeuses. Une sélection des races a été opérée et les élèves ont donc procédés à l’acquisition de 11 poules pondeuses qui serviront de « laboratoires » d’essai : calcul du coût de revient, de l’alimentation et du bien-être animal. Ce poulailler servira également à recycler les déchets alimentaires du restaurant scolaire.

 

 

Etablissement privé sous contrat avec le ministère de l’agriculture

© Institut Rural des Mauges - Conception : ICI